HomeMade & Miscellaneous

Permalink

Le choukin



[Nom Masculin] Le choukin est un djeuns avec une casquette de blaireau de travers, qui porte un jogging de blaireau même en été, de préférence en matière brillante et bleu clair. Le choukin met une (et une seule!) de ses chaussettes par dessus le pantalon de son jogging pour faire encore plus con et craignos. Le choukin s’habille vraiment comme un pauvre péquenaud de la banlieue. Le choukin est très apprécié de la diam’s, qui kiffe trop la vibes avec son mec.
"hey, hey madmoiselle, t’as pas du feu? et sinon, c’est quoi ton nom? Tu fumes pas, ah, t’as bien raison. Hey, t’es bien mignonne sinon, hey, hey… -Pff, chuis pas une bomb latiiine ni une bimbo platine non non non non. Steuplé arrêt chui pas d’humeur askom prenne la tête."

Permalink
Permalink
Permalink
Permalink
Permalink

"Génocidé"



Le témoignage insoutenable et nécessaire d’un homme qui, ce 20 avril 1994, a vu sa vie basculer dans l’horreur en assistant au massacre de quarante-trois personnes de sa famille par des gens qu’il croyait ses amis.
Révérien Rurangwa raconte l’atrocité du génocide des Tutsi au Rwanda mais surtout la douleur insurmontable de se souvenir et de survivre malgré la mort des siens, la haine, et le sentiment d’une injustice que rien ne pourra réparer.
L’auteur en quelques mots…Révérien Rurangwa a maintenant 28 ans et vit en Suisse où il suit des études de gestion.
Il tente de se reconstruire en perpétuant le souvenir des victimes et en se battant pour que justice soit faite.
 

Permalink

"Le prêtre qui devait mourir"

biographie du Père Jerzy Popieluszko, anatomie du meurtre atroce et récit du procès retentissant qui suivit, le plus important qui est eu lieu en Europe communiste depuis plus de trente ans. Il décrit les dessous d’une dictature communiste et montre l’angoisse qui étreint un peuple déchiré entre deux tendances dont l’une, de beaucoup minoritaire, ne se maintient au pouvoir qu’avec le soutien d’une puissance étrangère. L’église polonaise ne forme pas un bloc homogène face au pouvoir. On y comprend le mécanisme du Kremlin, tremblant à l’idée d’une défection parmi ses satellites, parvient à les garder sous sa botte après quarante ans d’esclavage.

Permalink  :  /
Permalink  :  /
Permalink
Permalink
Permalink

2008 - Charles Higson - L’encombrant Mister Kitchen

image

Résumé : 
Quand vous êtes un designer londonien dans le vent, vous pouvez tout avoir : de l’argent, du succès, un bon dealer, de l’arrogance à revendre et un sentiment de supériorité à toute épreuve. Aussi, lorsqu’un emmerdeur du nom de Mister Kitchen vient vous prendre la tête de bon matin pour une histoire de bagnole, il peut arriver que vous réagissiez un peu excessivement - très excessivement même -, et que vous vous retrouviez soudain avec un cadavre sur les bras. Un cadavre qui pourrait réduire en miettes votre confortable petit univers. À moins que vous ne vous en débarrassiez - ni vu ni connu. Mais un emmerdeur, même clamsé, reste un emmerdeur, c’est-à-dire quelqu’un dont on ne se débarrasse pas si facilement. Et lorsque les embûches se multiplient dans une journée particulièrement chargée, riche en surprises - l’ex-petite amie qui accouche, les parents qui débarquent, la dope qui vient à manquer -, la mauvaise farce ne tarde pas à tourner au cauchemar. Tout en dressant un portrait irrésistible des nouveaux riches branchés de la société anglaise, Charles Higson signe un polar déjanté et hilarant, avec un humour noir typiquement british

A propos de l’auteur :
Écrivain, producteur et comédien, Charles Higson s’est notamment fait remarquer au début des années 1990 dans la série humoristique de la BBC, The Fast Show. À partir de 1992, il publie des polars mêlant réalisme social et humour grinçant. II a signé trois autres romans noirs : Le Secret du bonheur (Payot, 1999), Tournée générale (Fleuve noir, 2001) et, dans la collection ” Thriller “, Le Roi des fourmis (éditions du Rocher, 2006)

Permalink

"Monseigneur,

Il y a quelques queues d’ouvrages des années dernières qui ne sont point finies et qui ne finirons point, et tout cela, Monseigneur par cette confusion que causent les fréquents rabais qui se font dans vos ouvrages, car il est certain que toutes ces ruptures de marchés, manquements de paroles et renouvellement d’adjudication, ne servent à vous attirer comme entrepreneurs que tous les misérables ou donner de la tête, les fripons et les ignorants et à faire fuir ceux qui ont de quoi et qui sont capables de conduire une entreprise.
Je dis de plus qu’elles retardent et renchérissent considérablement les ouvrages, qui ne sont que plus mauvais car ces rabais et bon marchés tant recherchés sont imaginaires, d’autant qu’il est d’un entrepreneur qui perd comme un homme qui se noie, qui se pend à tout ce qu’on peut en matière d’entrepreneur, c’est ne pas payer les marchands chez qui des matériaux, mal payer les ouvriers qu’il emploie, friponner ceux qu’il peut, n’avoir que les plus mauvais parce qu’il se donne le meilleur marché que les autres, n’employer que les plus méchants matériaux, chicaner sur toutes choses et toujours crier miséricorde contre celui-ci ou celui-là.
En voilà assez, Monseigneur, pour vous faire voir l’imperfection de votre conduite. Quittez la donc et au nom de Dieu : Rétablissez la bonne foi, donnez le prix des ouvrages et ne refusez pas un honnête salaire a un entrepreneur qui s’acquittera de son devoir, ce sera toujours le meilleur marché que vous puissiez trouver.”

De Vauban à Louvois , 17 Juillet 1683.

Permalink
Permalink